Le coin Ciné c'est ici

Ce que Kita ne pourra jamais s'acheter...

Modérateur: FootNantais modo

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar superman » 12 Nov 2017 22:37

Reprise du dernier message :
Super remake de Robocop (José Padilha ). Qui prend une dimension particulière avec l' actualité autour du transhumanisme. Ce qui fait de Verhoeven un putain de prophète.

Verhoeven et sa trilogie d' anticipation :

-Robocop sur l' avenir de la société.
-Total recall sur l' avenir de la culture.
-Starship troopers sur l' avenir de la politique.

Hollow man devait être la synthèse de tout ça, l' avenir de l' humanité, être invisible, malheureusement les studios tout ça... [-X

Dans les trucs à se taper la tête contre les murs, la partie rêvée par Dali dans La maison du dr Edwards d' Hithcock dure moins de 5 minutes et est séquencée, Hitchcock voulait en faire 20 minutes ... mais les producteurs ont mis leur véto ( raison commerciale, en 45, j' imagine même pas aujourd' hui)...

Avatar de l’utilisateur
superman
qu'est-ce que vous faites dans ma chambre ?
 
Message(s) : 8777
Inscription : 15 Fév 2006 4:46

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar petit-breton » 04 Déc 2017 12:07

petit-breton a écrit:Le samedi 8 décembre, La Mort de l'Art présentera son 3eme court métrage. La première est organisée au Cinéville de Saint Nazaire à 18h30, face à la base sous-marine, lieu de tournage dudit film.
Viendez nombreux !



C'est cette semaine ! :smt048

Image
Avatar de l’utilisateur
petit-breton
Nazareth
 
Message(s) : 1666
Inscription : 30 Mai 2005 13:39

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar CdR » 09 Déc 2017 20:00

Devinette:

Quel joueur du FC Nantes peut-on voir dans ce film?

Image
Avatar de l’utilisateur
CdR
Papelitos
 
Message(s) : 9647
Inscription : 21 Août 2006 22:21
Localisation : Los Soriniéros. Ligeria atlantica

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar Ignatius Reilly » 09 Déc 2017 20:38

Vu « 12 jours «  de Raymond Depardon.

Documentaire sur les audiences du juge des libertés et de la détention dans le cadre des hospitalisations sous contrainte dans les hôpitaux psy.

Voilà une bonne idée ! Très mal exploitée !

Depardon fait le choix de ne pas commenter, de ne pas expliquer, de ne pas raconter, de ne pas donner la parole.
Il filme.

Les différentes audiences sont entrecoupées de plans fixes où l’on voit des patients se faire chier, car il est vrai qu’en HP, tu te fais chier et le temps s’ecoule très lentement.

C’est dans ce contexte que les patients rencontrent un avocat puis un magistrat.
Confrontation entre l’incoherence des propos ou la fragilité des patients et des auxiliaires de justice qui écoutent de manière amusée et avec une empathie de façade.

Dialogues de sourds.

Les juges et avocats sont mauvais et rendent le docu mauvais.

Les patients deviennent donc les « stars » du film à leurs dépens, et le spectateur rit parfois de l’incongruité des termes employés.

Un avocat au début du film commence par mentionner que la procédure a été respectée.
Une autre aura le mérite de rappeler le droit (exigence d’un certificat médical circonstancié) devant un juge qui n’a pas l’air de connaître les règles qu’il est censé faire respecter. L’air idiot.

Les autres avocats: pas un mot sur le respect de la procédure. On se contente de deux mots sur l’etat de santé du patient, on cherche la connivence avec le juge, en petit fayot qui attend que la greffiere donne l’attestation de fin de mission pour toucher ses 180€

Lamentables. Le boulot de l’avocat c’est de vérifier que les documents du dossier justifient du parfait respect de la procédure et que toutes les conditions prévues par la loi sont remplies. Que la personne soit victimes de troubles ou pas.

On parle d’une procédure exceptionnelle qui oblige les gens à être « détenues » contre leur gré en HP.

Quel mépris pour ces gens. « Ouais mais ils sont fous, ils ont besoin de soins ».

Bah alors à quoi sert le contrôle et cette procédure alors ?

Désespérant de nullité.

Quant aux magistrats, il aurait été judicieux de les filmer en train d’expliquer les conditions légales et pourquoi, pour chaque dossier, les conditions sont remplies.

Là, les pauvres, ils passent pour des personnes « qui ne servent à rien » comme le dit une juge à un patient.

Depardon redonne de l’humanité aux patients en dehors de la salle d’audience. Heureusement.
Car les auxiliaires de justice ont malheureusement déshumanisé ces « drôles » de patients, isolés du monde et... du Droit.

Comment rendre cette procédure intéressante ?

Les différents intervenants auraient pu en parler:
- de bons magistrats,
- de bons avocats,
- le directeur de l’hopital,
- les soignants,
- les psys,
- d’anciens patients,
- des patients.

Une confrontation de points de vue et une explication aux profanes (plutot que de faire un freak show).

Et surtout, un journaliste devrait se faire hospitalisé sous contrainte avec la connivence d’un tiers et d’un pote psychiatre.

Avec des vices de procédure exprès.

Et là, on verrait un avocat qui ne soulève rien et un juge qui te contraint à l´hospitalisation.

Ça prouverait: 1/ le mépris et le déni de justice, 2/ que ça pourrait arriver à tout le monde.

Bref, que cette procédure a été mise en place pour protéger les gens des hospitalisations arbitraires... et que tel n’est pas le cas car les auxiliaires de justice ne remplissent pas leurs fonctions.

Nb: j’ai beaucoup beaucoup aimé cette femme qui explique la violence terrible qu’est l’hospitalisation sous contrainte (12 personnes autour de vous qui vous enlève tout et vous attache). Et le jemenfoutisme atroce du juge et de l’avocat...
Ignatius Reilly
Artiste
 
Message(s) : 4283
Inscription : 26 Juil 2005 21:02
Localisation : vends des hot-dog à chambéry

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar Ignatius Reilly » 09 Déc 2017 20:41

Pardon pour les fautes (ifxxxingphone).
Ignatius Reilly
Artiste
 
Message(s) : 4283
Inscription : 26 Juil 2005 21:02
Localisation : vends des hot-dog à chambéry

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar petit-breton » 10 Déc 2017 8:00

- Element of crime, premier long métrage de Lars Von Trier. Petit bijou complètement barré, filmé de façon merveilleuse dans des teintes cuivrées, un film moite (on se croirait dans Apocalypse Now), aux décors incroyables (pas étonnant que le même réa tentera dogville), une lumière et des plans hyper chiadés. L'inverse de son dogme de plus tard. J'imagine la hype provoquée à Cannes par un tel objet artistique. Lars se réserve même un petit rôle, difficile à reconnaitre. Tout là dedans renvoie à l'onirisme, l'hypnose, ce qui lui permet de balancer en permanence dans le cadre et le déroulé de l'intrigue des "éléments" plus ou moins foutraques (plus que moins, petits rongeurs, voix off décalée, superpositions de plans, jusqu'à 3 les uns sur les autres, scènes marrantes de chutes, le jeu des plans dans tous les sens) pour perdre le spectateur. Alors il ne faut surtout pas s'inquiéter de perdre le fil, accepter de ne pas tout comprendre, ne pas chercher à expliquer ou relier à l'intrigue tout ce qu'on voit ou entend... Ce film peut du coup avoir deux effets : terrifiant ou envoutant. Si on cherche de la rationnalité, de la facilité, du sens, de l'assurance, on n'ira jamais jusqu'au bout. Par contre pour qui se laisse aller dans la folie du danois, c'est une claque visuelle, un objet de cinéma pur et dur. Une signature pour la suite de sa carrière, une déclaration d'intention. Europa en comparaison, fin de la trilogie, c'est nettement plus "regardable" et compréhensible.
Au final, on ne peut pas vraiment rêver mieux comme 1er long métrage. Pose les bases sans bruler les étapes. J'imagine les producteurs (parce qu'il a du couter assez) lui dire "bon, la prochaine fois tu soignes un peu le scenario, le reste on a remarqué que tu maitrisais).

- Barry Seal. L'histoire d'un petit pilote pris dans le jeu de la CIA en Amérique du Sud. De la fin des années 70 jusqu'à celle des années 80, comment le pilote a participé à tous les trafics organisés par l'agence américaine dans son jardin du sud. Corruption, information sur les communistes, exportation de cocaine, importation d'armes... L'homme à tout faire se faufile à travers les filets de la DEA grâce à la protection conjointe de la CIA, des cartels colombiens, de Noriega, des Contras... Pur divertissement qui fonctionne, souvent marrant, ça donne une image presque moins fantasmé de la CIA, où on se rend compte qu'elle n'organisait pas grand chose, elle suivait le courant, agissant de façon pragmatique et dépendant du bon vouloir des narcos ou des contras (qui rappellent un peu les branleurs d'Al Qaeda armés de façon aveugle par les USA), souvent coincée et obligée de jouer du billard à trois bandes pour in fine, "servir l'amérique". :-)
Avatar de l’utilisateur
petit-breton
Nazareth
 
Message(s) : 1666
Inscription : 30 Mai 2005 13:39

Re: Le coin Ciné c'est ici

Messagepar petit-breton » 12 Déc 2017 15:08

La nouvelle version du site de l'association C'est la Mort de l'Art... avec les liens pour mater les films et découvrir les membres du collectif...
https://www.cestlamortdelart.com/

:cool:
Avatar de l’utilisateur
petit-breton
Nazareth
 
Message(s) : 1666
Inscription : 30 Mai 2005 13:39

Précédent

Retour vers D'art Dare

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron