Le coin lecture

Ce que Kita ne pourra jamais s'acheter...

Modérateur: FootNantais modo

Re: Le coin lecture

Messagepar superman » 08 Oct 2017 1:59

Reprise du dernier message :


L' intégrale des entretiens de ce vieux fou de Paul Léautaud avec Robert Mallet.
Une émission qui s' étalera sur plusieurs années ( tellement elle eut de succès ) , on sent l' amitié qui se développe entre les deux interlocuteurs, ça dure 11 heures c' est génial, un régal d' humour, de mauvaise foi, de misanthropie... et aussi de tendresse, notamment pour les animaux.
Mal embouché, vivant à l' extérieur de paris avec une centaine d' animaux, des chats surtout, une oie, un singe, des chiens... la fin de vie d 'un génie qui raconte sa propre vie et notamment son enfance, son amour de l' écriture, sa vision du monde et des relations humaines, les femmes...

Image

" En 1950, à la demande de Robert Mallet, il accepte avec beaucoup de réticences d’enregistrer, pour la radio qu’il n’aime pas (il n’a pas d’appareil de radio chez lui), une suite de 28 Entretiens sur le Programme National, une des chaînes de la Radiodiffusion française, les lundis vers 21 h 15 et les jeudis à 21 h 40. Chaque entretien dure environ 15 minutes.
Léautaud n’a pas connaissance à l’avance des questions. L’opposition entre le ton volontairement conformiste et solennel de Mallet et la verve anticonformiste de Léautaud font merveille. « Le vieux, c’est Mallet, le jeune, c’est Paul Léautaud », écrivent les critiques. « Nous n’avons jamais eu d’entretiens aussi vivants, intéressants et qui aient un pareil succès » (Paul Gilson, directeur des Services artistiques de la radio). « Je n’en reviens pas, on ne parle que de cela » dit Gide, peu avant sa mort. Devant le succès remporté, une deuxième série de 10 entretiens commence le premier dimanche de mai 1951, à 20 h 30 sur Paris-Inter.
Les propos de Léautaud sont bien sûr jugés trop audacieux pour être entendus dans leur intégralité. Tout ce qui touche à la famille, à la sexualité, à l’homosexualité, et notamment à celle de Gide, à l’armée et à la patrie, aux comportements des gens de lettres à la Libération est soumis à la censure. Mallet et Léautaud doivent revenir enregistrer certains passages pour les rendre conformes à ce que la radio peut offrir à ses auditeurs. Léautaud note le 2 novembre 1950 dans son Journal, à propos de la scène, racontée par lui, où Firmin Léautaud couche avec sa mère et sa tante dans le même lit : « Le directeur de la radio a jugé qu’on ne pouvait offrir un pareil sujet aux familles, les familles dans la plupart desquelles il s’en passe bien d’autres. »
Le 9 avril 1951, à l’Assemblée nationale, où l’on délibère sur le budget de la radiodiffusion, un député MRP interpelle le gouvernement : « Nous avons entendu récemment pendant des semaines un critique, dont j’ai appris le nom en l’écoutant à la radio, déblatérer, traiter de tous les noms possibles ses contemporains et prétendre ne se plaire que dans la société des animaux. Je ne crois pas indispensable que de telles réflexions soient produites à la Radiodiffusion française. » Le ministre socialiste de l’Information répond : « Je crois, et une très nombreuse correspondance le confirme, que c’est tout à l’honneur de la radiodiffusion d’avoir donné à Monsieur Paul Léautaud un public plus large que celui du Mercure de France et qu’il n’est pas inutile que, sortant d’un conformisme quelquefois excessif, des voix comme la sienne puissent se faire entendre. "
Avatar de l’utilisateur
superman
qu'est-ce que vous faites dans ma chambre ?
 
Message(s) : 8780
Inscription : 15 Fév 2006 4:46

Re: Le coin lecture

Messagepar petit-breton » 10 Oct 2017 11:36

Ecrits corsaires, un recueil d'articles de Pasolini, principalement dans les années 73-75. Il y analyse la société italienne, le poids du Vatican, du PCI, de la démocratie chrétienne, la sexualité, le rapport à la culture... Et ce qui est inouï avec lui, c'est sa vision. Il comprend, après avoir défendu la cause des flics sur les barricades (les prolétaires en armes, les bourgeois sur les barricades), que la révolution culturelle de 68 prépare au fascisme le plus terrible, la société de consommation et l'application du monde de l'entreprise à la politique, la destruction des cultures régionales.
Dans ces bribes d'analyse, on reconnaît ce qui fera la base de la pensée de Lash, Clouscard ou Michéa. C'est vraiment troublant, notamment ses prises de position hostiles à l'avortement. On sent quand même toujours cette humanité chez lui, qui fait qu'il n'arrive pas non plus à enfermer les gens dans des cases, malgré sa rigueur intellectuelle.
Son discours des cheveux en début de livre est vraiment révélateur.
Avatar de l’utilisateur
petit-breton
Nazareth
 
Message(s) : 1812
Inscription : 30 Mai 2005 13:39

Re: Le coin lecture

Messagepar petit-breton » 28 Oct 2017 13:32

La fin de la modernité juive, histoire d'un tournant conservateur, de Enzo Traverso.

Magnfique analyse, qui part d'une observation : Comment les intellectuels juifs sont passés d'etre un foyer de la pensée critique occidentale (l'auteur compare trotski a brest-litovsk pour negocier avec l'allemagne un retrait de la guerre avec "une delegation d'al qaeda qui debarquerait au G8"), du non-conformisme, de la subversion, de l'esprit revolutionnaire (politique, artistique, scientifique)... pour finalement etre devenus des Kissinger, au service de la domination, a légitimer l'ordre établi.

Pour observer cette evolution, l'auteur utilise les grandes figures de l'intelligensia juive (Arendt, Aron, Freud, Kafka, Spinoza, Rosa Luxemburg, Strauss, Levinas, Derrida, Chomsky, Hobsbawn.... et dans differents pays (l'assimilation a la communaute nationale a ete différente en Italie, en allemagne, en europe de l'est, en france ou en angleterre).

En gros, le traité de Vienne de 1814 dessine une europe equilibree d'empires multiculturels, lieux de developpement de "l'esprit juif" alors que Versailles dessine une europe d'etats-nationsdans lesquels la communauté juive n'est plus centrale, a la croisee de differentes cultures, langues, religions, poussée par le pouvoir a prouver son assimilation, son amour de la patrie.

C'est parfois compliqué mais c'est difficile de s'arrêter tant le propos est enthousiasmant.
Avatar de l’utilisateur
petit-breton
Nazareth
 
Message(s) : 1812
Inscription : 30 Mai 2005 13:39

Re: Le coin lecture

Messagepar superman » 09 Nov 2017 1:49

le voyage a écrit:Pour une garce c’en était une vraie. Faut ça d’ailleurs pour faire bien jouir. Dans cette cuisine-là, celle du derrière, la coquinerie, après tout, c’est comme le poivre dans une bonne sauce, c’est indispensable et ça lie.


:ohmaitre:
Avatar de l’utilisateur
superman
qu'est-ce que vous faites dans ma chambre ?
 
Message(s) : 8780
Inscription : 15 Fév 2006 4:46

Re: Le coin lecture

Messagepar superman » 11 Nov 2017 15:49

La scène se déroule à Neuilly, et les anciens ministres de la République et de l' Empire doivent se présenter devant le Roi. Comprendre les réseaux de la police et les réseaux diplomatiques qui s' associent en girouette. :

mémoires d' outre-tombe a écrit:Tout à coup une porte s'ouvre ; entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l'évêque apostat fut caution du serment.


:bravo:
Avatar de l’utilisateur
superman
qu'est-ce que vous faites dans ma chambre ?
 
Message(s) : 8780
Inscription : 15 Fév 2006 4:46

Re: Le coin lecture

Messagepar Transbordeur » 17 Fév 2018 12:33

Roland BARTHES présente son livre "Mythologies" dans lequel il évoque des mythes de la vie quotidienne tels que la justice du catch, le steak frites, l'iconographie de l'abbé Pierre, Einstein, le plastique ou la nouvelle Citroën.
http://www.ina.fr/video/I00016123
Avatar de l’utilisateur
Transbordeur
 
Message(s) : 871
Inscription : 10 Nov 2006 15:29
Localisation : d'une rive forumesque à l'autre

Re: Le coin lecture

Messagepar El Marlino » 28 Avr 2018 11:36

:-)
Avatar de l’utilisateur
El Marlino
Modorato Cantabile
 
Message(s) : 13582
Inscription : 29 Nov 2004 20:32
Localisation : entre Erdre et Loire

Re: Le coin lecture

Messagepar petit-breton » 20 Juil 2018 10:00

L'Utopie ou la mort, de René Dumont.

Merveilleuse démonstration que la croissance forcenée de l'économie nous conduit droit dans le mur. Les problématiques actuelles déjà développées dès le milieu des années 70. Un ouvrage très riche, très sérieux (le bonhomme est un agronome particulièrement reconnu, premier candidat écolo à la présidentielle, humainement génial - ma daronne avait participé à sa campagne et eu la chance de le croiser plusieurs fois), qui aborde des thématiques terriblement d'actualité (le premier de mémoire à évoquer le risque des attentats contre les centrales nucléaires par exemple). Ses compétences en agronomie (l'inventeur de l'ethno-agronomie, l'étude de la production agricole en lien étroit avec la géographie humaine, les techniques locales, la météo… en gros, il a su désapprendre tout ce qu'il avait appris, grâce à des actions sur le terrain durant toute sa vie - au Vietnam par exemple) lui permettent de systématiquement argumenter ses prises de position. Résultat, il raconte tout ça avec 50 ans d'avance, et tout le monde se foutait de sa gueule alors que les trente glorieuses touchaient déjà à leur fin…


Mon autre René préféré, avec Vautier. Les deux grandes figures qui m'ont construit politiquement.
Avatar de l’utilisateur
petit-breton
Nazareth
 
Message(s) : 1812
Inscription : 30 Mai 2005 13:39

Re: Le coin lecture

Messagepar Talaron » 12 Août 2018 19:45

Petit Breton : quid de René Riesel alors ?!
Talaron
Delphine
 
Message(s) : 527
Inscription : 10 Fév 2005 13:00

Re: Le coin lecture

Messagepar tyler » 20 Août 2018 11:26

j'aime beaucoup la littérature américaine en général, j'en ai déjà parlé un peu ici, sur la capacité des auteurs à intégrer leurs récits dans des cadres/régions/ambiances/groupes ethniques, par leurs capacités à créer de l'empathie que je retrouve en général moins dans la littérature française (ou que je ne connais surement pas assez pour y trouver ce que j'aime bien). Bon, j'exagère un peu, j'ai trouvé ailleurs aussi cette capacité d'autres auteurs à nous immerger dans leur univers géographique, mais pas tant que ca (je pense à Yana Vagner)
Quoiqu'il en soit, des auteurs comme David Vann, Cormac Mc Carthy, Dennis Lehane, Ellroy, Auster, ancrent beaucoup leurs bouquins dans leur environnement proche, et j'accroche souvent à cette approche.

Là, je viens de me prendre une claque énorme à la lecture de "My absolute Darling", de Gabriel Tallent. Ancré autour d'un personnage féminin sous la coupe d'un père abusif, survivaliste, planté dans les décors de la Californie du Nord, c'est poisseux, obscur, intimiste à l'extrême, et d'une empathie folle.

Grosse grosse claque.

Image

edit: en fait, j'aime bien la maison d'édition aussi. Beaucoup.
Avatar de l’utilisateur
tyler
Ecoutez mes bons conseils
 
Message(s) : 276
Inscription : 23 Août 2006 17:38

Précédent

Retour vers D'art Dare

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron