La vie de quartier

Les Kita s'emmerdent à Nantes. Pas nous !

Modérateur: FootNantais modo

La vie de quartier

Messagepar Press-é » 28 Nov 2011 21:13

:gloups

Le quartier Bellevue secoué par l'attaque à la grenade

Après l'irruption d'une bande armée place Mendès-France, vendredi, des habitants s'interrogent... et refusent de faire comme « s'il ne s'était rien passé ». Les assaillants sont toujours recherchés.

Équation impossible : comment ne pas donner de Bellevue l'image d'une cité dangereuse (ce qu'elle n'est pas), tout en dénonçant la scène de guerre qui a choqué tout le monde, vendredi, place Mendès-France ?

Désemparés, les habitants se débattent avec cette question depuis l'événement : en début d'après-midi, deux jeunes recevaient une volée de plomb dans les jambes, tirés d'une voiture passant à vive allure, rue de l'Aveyron. Deux heures plus tard, une quinzaine de d'hommes encapuchonnés et armés surgissaient (en représailles ?) sur la terrasse du bar le Churchill, place Mendès-France. Après des échanges de tirs, une grenade quadrillée a explosé. Par miracle, personne n'a été blessé. La police judiciaire, chargée de ces deux affaires, n'a pas établi de lien formel entre les deux.

« En pleine journée »

(...) lire la suite de l'article >>>.

C'est aussi l'avis des policiers, surpris eux aussi par cet étalage guerrier. « Depuis trois-quatre ans, on voit de plus en plus d'armes de guerre dans les quartiers, note l'un d'eux. Des fusils de type kalachnikov qui viennent des pays de l'Est. » Ils se les procurent au marché noir, en région parisienne, pour 300-400 €. « Nous, on doit faire plus gaffe qu'avant. Ils les sortent pour rien, pour un oui ou pour un non. Ça aussi c'est nouveau. »


Pascale Chiron, adjointe au maire de Nantes (EELV), a mis le sujet sur le tapis, dès lundi, en bureau municipal. « Je tenais à le faire, j'ai conscience que les tensions sont fortes en ce moment, à Nantes-Nord, aux Dervallières, et surtout à Bellevue depuis vendredi ! »
Avatar de l’utilisateur
Press-é
 
Message(s) : 1581
Inscription : 06 Oct 2006 6:54
Localisation : sur le fil (de l'info)

Re: Le quartier Bellevue

Messagepar Press-é » 28 Nov 2012 21:33

La sécurité désormais jugée prioritaire à Bellevue

Méthode renforcée et moyens supplémentaires promis

C'est le plus grand quartier d'habitat social de l'agglomération : près de 20 000 habitants répartis sur deux communes (Nantes et Saint-Herblain), un taux de chômage d'environ 19 %. C'est aussi un quartier qui « concentre des problèmes de déliquances particuliers », rapporte la procureure Brigitte Lamy. Voilà pourquoi Bellevue a été classée cette semaine Zone de sécurité prioritaire (ZSP) par l'Etat. Une première dans la région. Ce statut, qui débutera en 2013 et a vocation à rester temporaire, vise à « mieux protéger la population ». Il repose sur une méthode d'action renforcée, très ciblée, avec de multiples partenariats.

(...) lire la suite de l'article >>>.
Avatar de l’utilisateur
Press-é
 
Message(s) : 1581
Inscription : 06 Oct 2006 6:54
Localisation : sur le fil (de l'info)

Re: La vie de quartier

Messagepar Press-é » 27 Oct 2015 18:03

Malakoff. Exaspérée, une habitante raconte sa "journée ordinaire"


C'est une journée "sans fusillade", écrit cette mère de famille, indignée par la dérive de Malakoff, quartier où elle vit. Bruit, incivilité, trafic. "Elle n'en peut plus".

Les récents coups de feu aux pieds des immeubles de Malakoff, à Nantes, ont soulevé l'indignation d'habitants, qui attendent toujours la vidéoprotection et la police de proximité promises.

Parmi eux, une mère de famille a témoigné devant les élus qui se sont déplacés, lundi, dans le quartier. Elle a souligné toute "l'injustice" que ressentent, au quotidien, ceux qui subissent cette violence et ce laisser-aller, qui dégradent l'image du quartier et nuisent surtout à ceux qui y vivent.

Cette dame, qui se veut "positive", "ouverte aux autres", malgré son "exaspération", est en train de monter, avec d'autres, une association, Les mots ont la parole, pour faciliter l'expression de "tous ces habitants qu'on n'entend pas".

Nous avons préservé son anonymat, pour lui éviter des représailles dans sa cage d'escalier. Mais il faut lire ce récit de son quotidien. Rien de sensationnel. Juste des petites choses qui, cumulées, vous pourrissent vraiment la vie et font monter la colère.
"Exemple d’une journée ordinaire à Malakoff"

8 h. Ascenseur long à venir, arrivée en bas je comprends : il n’y en a qu’un qui fonctionne sur les deux (encore une fois). Je sors par la porte de derrière (= sortie de secours), pour aller plus rapidement au parking : une odeur me prend la gorge : ça pue l’urine (encore une fois).

9 h 30. Je suis revenue chez moi. Passage à ma boîte aux lettres : toujours pas de colis, les vols continuent. Je dois travailler (recherche d’emploi) et « boum » (je ne sais pas quel voisin fait quoi, il casse un mur ?). Bref, ça résonne dans le béton : c’est très désagréable, ça en fait vibrer le sol ! (une fois de plus).

13 h. Je me laisse aller à vouloir écouter les informations en déjeunant : difficile, ça bricole quelque part dans un appartement. Bruit de perceuse pendant 1 heure.

14 h. Je veux faire ma vaisselle : pas de pression (ça veut dire que mes voisins des quatre derniers étages n’ont, eux, plus d’eau courante, une fois de plus !). Donc, impossible de mettre ma lessive en route (ça fait un drôle de bruit comme l’eau n’arrive pas, ou trop peu).

15 h. N’arrivant pas à me concentrer et voulant récupérer de ma mauvaise nuit, j’aspire à faire une sieste pendant 30 minutes : impossible, un des voisins du dessous vient d’arriver chez lui = musique à fond (comme d’habitude !).

16 h 30. Ah, ça doit être la sortie d’école : les rodéos de quads reprennent de plus belle (de 15 mn à 3 heures par jour).

17 h 30. Une course à faire. Pour faire un peu de sport (et éviter de solliciter le seul ascenseur en fonctionnement), je descends par les escaliers : et comme d’habitude je passe à côté de flaques d’urine, d’amas de mégots, de bouteilles vides…Dehors, je passe à côté des conteneurs poubelle : encore une fois, les gens ne sont pas respectueux. Des sacs mal ou pas fermés jonchent le sol, à côté même des conteneurs (qui sont enfin réparés, pourtant, depuis quatre mois), sans parler des cartons, planches… qui ne sont pas mis de l’autre côté de la rue, à l’endroit de dépôt toléré une fois par semaine, la veille du ramassage qui a lieu le jeudi !

18 h. Je veux rentrer chez moi : c’est à moi de m’excuser pour pouvoir passer (monter les escaliers), afin d'arriver devant ma porte d’entrée. Là, deux jeunes n’habitant pas l’immeuble veulent profiter de l’occasion pour rentrer avec moi, je leur dis clairement qu’ils n’habitent pas l’immeuble et j’arrive à rentrer rapidement avant qu’ils ne bloquent la porte. Comme il n’y a qu’un ascenseur et qu’il vient de monter pour le 17e étage, j’attends… Entre-temps, ces jeunes arrivent à se faire ouvrir la porte d’entrée : on se retrouve ensemble dans l’ascenseur (qui sent le shit + cendres + crachats au sol) = sentiment d’insécurité +++, surtout quand on se fait insulter : « On est chez nous ici. C’est quoi cette meuf qui fait sa loi !… »Tiens, ce soir sur le palier, il y a encore deux nouveaux vélos (nouveaux, il faut comprendre : pas les mêmes que la veille, ce sont encore des larcins qui sont planqués par là).Toujours des rodéos, je passe la tête par la fenêtre : pendant que deux quads continuent leur course, le troisième fait demi-tour et s’arrête (mais pas le moteur !), pour ramasser du shit au coin du bâtiment, et le vendre ensuite au mec qui a arrêté sa voiture au milieu de la voie (et n’en a rien à faire s’il bloque la circulation, dont le chronobus !).

23 h 45. Je commence enfin à m’endormir… Ah zut, le voisin est rentré. Musique, avec basses qui résonnent.Cette journée type n’est pas ponctuée de fusillade (ce qui est pourtant fréquent : tous les 4- 6 mois ! Derniers exemples : jeudi 8 octobre, dans ma rue ; vendredi 9 octobre, au centre commercial).Et il faudrait que je sois en pleine forme pour être agréable avec tout le monde, pour pouvoir décrocher un job et, en plus, tenir des propos positifs sur la vie, sur le quartier…Sauf que là, je n’en peux plus ! "

http://www.ouest-france.fr/malakoff-exa ... re-3797746
Avatar de l’utilisateur
Press-é
 
Message(s) : 1581
Inscription : 06 Oct 2006 6:54
Localisation : sur le fil (de l'info)

Quartier Bouffay

Messagepar Press-é » 27 Oct 2015 21:30

Nantes : une femme violée à deux reprises dans le quartier Bouffay

Nos confrères de Ouest-France et Presse Océan ont eu l'information ce mardi. Un terrible fait divers qui s'est produit au petit matin, en fin de nuit ce samedi : une femme de 38 ans a été violée à deux reprises, à quelques minutes d'intervalle, dans une ruelle du quartier Bouffay à Nantes.

Il était 5 heures du matin ce samedi lorsqu'une femme de 38 ans qui sortait de discothèque a subi deux viols coup sur coup. Raccompagnée à l'arrêt de tram par un homme rencontré dans un bar où elle avait passé une partie de la soirée, elle a ensuite été abordée par un groupe de jeunes gens avant d'être emmenée à l'écart par l'un d'eux. Et c'est dans une ruelle située à proximité de la discothèque que cet homme aurait violé la femme.

L'horreur ne s'arrête pas là. Profitant de la vulnérabilité de la victime, un autre homme la viole, à son tour. L'accompagnateur de la femme a bien tenté de s'interposer pour lui venir en aide, mais il aurait été repoussé par le groupe.

La femme a été hospitalisée à l'arrivée de la police. Les agresseurs n'ont pour l'heure pas été retrouvés, une enquête est en cours.
https://www.francebleu.fr/infos/faits-d ... 1445970493
Avatar de l’utilisateur
Press-é
 
Message(s) : 1581
Inscription : 06 Oct 2006 6:54
Localisation : sur le fil (de l'info)

Re: La vie de quartier

Messagepar Transbordeur » 29 Oct 2015 20:56

Image

Nantes se réveille

Le quartier Bouffay a été le théâtre d'un crime odieux dans la nuit de samedi à dimanche. Une femme a été violée à deux reprises dans la même ruelle du quartier par un groupe d'individus qui a empêché un ami l'accompagnant d'intervenir. (http://www.ouest-france.fr/viols-une-fe ... es-3797850)

Ce crime n'est que le dernier d'une longue série de violences graves qui empoisonnent la vie nocturne de notre ville.
(http://www.20minutes.fr/nantes/1702223- ... er-graslin ou http://www.presseocean.fr/actualite/nan ... 015-173478 parmi tant d'autres exemples, souvent passés sous silence par la presse)

Tous ceux qui arpentent les rues nantaises le savent... Passée une certaine heure, le quartier Bouffay devient un endroit mal famé dans lequel un regard ou une parole peut couter cher.

Ce crime inqualifiable doit tous nous réveiller ! Le centre-ville de Nantes ne peut pas devenir une zone de non-droit !

Nous sommes un groupe de Nantais qui voyons notre belle ville salie par les actes de ces criminels et délinquants.
Nous sommes des Nantais qui constatons que les rues de Nantes deviennent infréquentables à partir d'une certaine heure de la nuit.
Nous sommes des Nantais indignés par l'incurie d'une mairie et d'un Etat qui pensent d'abord à contenter leurs électeurs plutôt qu'à solutionner les graves problèmes qui couvent depuis des années dans la Cité des Ducs. (Article de février 2013 : http://www.ouest-france.fr/agressions-q ... bol-413238)

Sur ce sujet, comme sur d'autres, nous serons là pour pointer du doigt les problèmes de notre métropole et pour porter la parole des Nantais qui aiment cette ville magnifique et qui ne veulent pas la voir disparaitre.

Nous sommes Nantes qui se réveille.


https://www.facebook.com/nantessereveille/info
Avatar de l’utilisateur
Transbordeur
 
Message(s) : 811
Inscription : 10 Nov 2006 15:29
Localisation : d'une rive forumesque à l'autre

Re: La vie de quartier

Messagepar Press-é » 29 Oct 2015 21:04

Nantes
Insécurité à Nantes: La mairie met la pression sur l'Etat et la police

La maire de Nantes, Johanna Rolland, demande à l'Etat et à la police nationale d'en faire plus pour lutter contre l'insécurité dans les quartiers et en centre-ville...


Après les nombreux faits de violence survenus ces dernières semaines dans les quartiers et en centre-ville de Nantes (coups de feu, bagarre mortelle, viols…), la maire de Nantes, Johanna Rolland (PS), a élevé le ton ce jeudi et affirmé sa « détermination » dans la lutte contre l’insécurité.

« La sécurité est un droit pour chacun. Je suis allée à la rencontre des habitants de Malakoff cette semaine. J’entends et je comprends leur ras-le-bol », affirme la maire de Nantes, avant de « rappeler la responsabilité de chacun des acteurs » et de mettre la pression sur l’Etat.(...) lire la suite de l'article >>>.
Avatar de l’utilisateur
Press-é
 
Message(s) : 1581
Inscription : 06 Oct 2006 6:54
Localisation : sur le fil (de l'info)


Retour vers Nantes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)