Le Chili futur champion du monde

Pour ceux que le FCK désespère, ailleurs c'est parfois mieux.

Modérateur: FootNantais modo

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 06 Avr 2018 1:27

Reprise du dernier message :
Quelle honte ce match contre Delfin, perdre 0-2 à la maison contre une équipe super limitée, sans son attaquant vedette etqui s'est juste contentée de bien défendre et de profiter d'un ou deux coups devant. Déjà, quand Guede commence en alignant Valdés, qui fait la saison de trop, à gauche, tu sais que ça part mal.

------------------------ Orión
---- Zaldivia --- Insaurralde --- Barroso
Opazo --- Carmona --- Baeza ---- Valdés
--------------------- Valdivia
-------------- Rivero ----- Paredes

Étant incapable de tenir le rythme du couloir (il réussit pourtant à mettre un centre sur la tête de Paredes, poteau), il se replace au centre, où il est tout aussi inutile. Personne à gauche, Opazo comme seul alternative dans le jeu vu que les autres attendent dos au but. En seconde mi-temps, BArroso sort, Baeza passe en défense, Pinares entre au milieu. Toujours personne à gauche, toujours des plots devant. Quand à 0-1 Guede sort enfin Valdés et fait entrer Suazo, l'équipe retrouve un poil de dynamisme, ou plutôt se rend compte qu'on peut attaquer sur le côté gauche. Paredes vendange, Rivero itou, et surtout, jamais on n'a vu un seul attaquant faire un bon appel pour Valdivia ou Pinares, tous immobiles dos au but avec un défenseur sur le râble.

Match honteux, l'impression que l'équipe régresse depuis le début de saison, une onzième année sans passer les poules qui se profile. J'ai longtemps soutenu Guede, mais ça devient vraiment compliqué. Quand il est arrivé, on pensait Palestino, pression haute, défense kamikaze, transition rapide, mouvement. Là il nous fait du mauvais Coto Sierra, lent, pas d'appels, grands ballons et centres désespérés. Pas l'impression que quelqu'un dans le vestiaire remette en cause un Valdés à la rue ou demande à Zaldivia de s'acheter un cerveau. Je suis pourtant convaincu qu'il y a quelque chose à faire avec cet effectif. Pas gagner la Libertadores, mais au moins faire plaisir au public en offrant un spectacle agréable.

J'en suis presque à regretter qu'il n'ait pas démissionné ce soir, parce que c'était vraiment le genre de match pour être dégouté au point de tout envoyer chier. :smt022
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 07 Avr 2018 10:56

Et démission.
Sauf que... Les cadres de l'effectif(on devrait dire les vieux, parce qu'Orión et Insaurralde, je vois pas ce qu'ils représentent, le club n'a pas encore été renommé Boca) on été gentiment prendre le petit Pablo pour lui dire leur tristesse qu'il partent et que cépapocib. DU coup, conférence de presse avec les joueurs, le président, Guede pour annoncer qu'ils l'ont convaincu de rester, "on vit ou on coule tous ensemble" et on verra après la phase de poules ce qui ce passe. Et Paredes annonce que si le plan foire, "ceux qui devront partir partiront".

Tout ça est bien joli, mais il est difficile de comprendre les luttes de pouvoir dans l'effectif. On sait que les vieux (Paredes, Barroso, Valdés, etc) sont à mort avec Guede, probablement parce qu'il leur assure une place même quand ils sont à la rue. De l'autre côté, quand on voit l'autre jour le pauvre Pablito qui fait ses deux derniers changements à la 60e et s'assoit, lui l'hyperactif, pour ne plus piper mot du match, avec une tête de résignation totale, pour voir son équipe marcher et n'appliquer aucun plan de jeu, dur de voir un quelconque soutien sur le terrain.

Quelle farce pathétique.
Le pire c'est que ça se prolonge en coulisses, où les représentants du club social à la table des dirigeants se sont barrés pour désaccords avec leur directeur, qui imposait de soutenir tout ce que fait Mosa sans condition. Directeur qui se préoccupe plus de voyager avec l'équipe voire de participer aux entraînements que d'organiser le rachat des actions de Mosa, accord et promesse qui ressemble chaque jour plus à un enfumage grossier. L'escroc a même avoué qu'il n'avait pas lu les règlements de Blanco y Negro avant de signer l'accord. Pas un sou n'a été réuni et rien ne va dans ce sens. Faut dire que le pauv' con ne s'était pas aperçu que la valeur des actions avait changé et que s'il les rachète (au nom de qui? Du sien? Du club social?) à prix coûtant, ce serait en fait au dessus de leur prix actuel.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 09 Avr 2018 12:05

Pour se remettre, une défaite 1-0 chez le dernier, San Luis, c'est pile poil ce qu'il fallait.
Surtout qu'on est pas passé loin d'un vol dégueulasse, les Canarios ayant marqué un premier but, valide et validé, tout le monde y compris les arbitres repart au centre du terrain, sauf Orión qui fait un cirque aboutissant à une nouvelle concertation du trio arbitral, qui termine par annuler le but, sans que personne ne comprenne pourquoi, y compris sur le banc albo. Ce n'est que justice que San Luis termine par marquer dans les dernières minutes.
Côté blanc, rien. Pas souvenir d'une seule action construite, que quelques exploits individuels, jeu à douze touches de balle. Comme l'autre jour, soutien des joueurs à l'entraîneur devant les caméras, mais quand il faut le démontrer sur le terrain, c'est le néant.
La Garra Blanca chante "Guede ya se va", Barroso (finalement un des seuls à ne s'être pas présenté à la mascarade de conf), même pas dans le groupe, se décharge sur Twitter, l'ambiance est au beau fixe avant le clásico du week-end prochain. Si les deux équipes restent sur leurs lancées, la U devrait nous mettre une volée.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 15 Avr 2018 13:40

Allez, 17h le superclasico au Nacional.
Ca peut être moche, et quel que soit le résultat, ça devrait mal finir pour le Cacique, la grosse rumeur étant que Guede se barre même en cas de victoire.

De toute façon, mardi se tient la grande réunion de Blanco y Negro, et la probabilité que la direction du club change n'est pas moindre.
En cause, le Club Social, qui pourrait lâcher la faction Mosa et se vendre à celle de Vial, avec laquelle des réunions se sont tenues dans la semaine. On a d'ailleurs vu un des nouveaux représentants du Club, Daniel Morón, argentin, gardien historique vainqueur de la Libertadores, entraîneur des gardiens de la Roja sous Bielsa, clairement postuler pour assumer la présidence du club. Et si Mosa sort de la présidence, Guede suit.

Le drame, c'est que presque tout le projet sportif actuel est tenu par Mosa et Guede, et que le départ de celui-ci implique qu'il va falloir tout reconstruire. Projet d'ailleurs inexistant et à la merci de tous les caprices des impliqués, vu qu'il n'y a plus de directeur sportif ni personne autour d'eux. Pour citer un exemple tragi-comique, Guede fait venir Manuel Crespo, Espagnol inconnu, qui prend la tête des U19, puis de la formation. Les deux se brouillent, il n'y a plus aucune communication entre les responsables des jeunes et des adultes. Crespo fait le ménage, vire le préparateur physique des U15. Guede le réembauche pour l'équipe première dans les jours qui suivent, et est contraint d'en prendre un second (Jonathan Cisternas, un des ses ex joueurs à Palestino) vu que le pauvre gars n'a pas les capacités pour maintenir l'effectif en forme.

Le Colo navigue à vue, tant administrativement que sportivement, et ça ne risque pas de s'arranger tant que les factions Mosa et Vial seront là et s'opposeront sur tout, avec le CSyD qui se vend au plus offrant.

Pourtant il serait possible d'améliorer les choses, la U l'a fait avec Heller, qui était un président style Mosa, supporter, bavard, omniprésent et se mêlant de tout. Après des échecs retentissants, le type a plus ou moins compris qu'il ne pouvait pas tout faire tout seul et s'est entouré de professionnels compétents pour bosser, Ronald Fuentes comme gérant sportif, Miguel Ponce chez les jeunes, qui ont tous deux entraîné en première division et dont les postes ne dépendent pas de l'entraîneur de l'équipe première. Bon, après connaissant le football local, tout peut s'effondrer très rapidement, mais au moins il y a une certaine cohérence.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 15 Avr 2018 17:33

C'te match. :bravo:
Carmona se troue et Pinilla marque à la 5e.
Des coups qui volent dans tous les sens, Zaldivia et Baeza passent à rien de l'expulsion. Colo Colo qui se réveille et Paredes égalise. Après le but, ils oublient d'attaquer et laissent les chunchos revenir dans le match.
A la 49e, Paredes marque un recontragolazo por la chuchesumadre.
Beausejour met une baffe à Baeza, prend la porte et pète un câble, à deux doigts de se battre avec Pinilla, séparés par Valdivia. :bravo:
Lolo Reyes prend aussi le rouge pour une main dans la gueule d'Opazo. Qui prend aussi la porte pour faire bonne mesure, mais sans raison aucune.
Baeza ferme le score sur un petit lob de derrière les fagots.
Le match se termine avec Pinilla qui laisse son pied traîner dans la face d'Orión.

Pas beaucoup de foot, des coups, des coups et encore des coups, du coeur, deux coups de génie, une U qui s'autodétruit, un vrai superclasico.
N'empêche, j'aurais échangé ça contre un nul face à Delfin ou AN. :smt022
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 15 Avr 2018 21:16

Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 17 Avr 2018 19:20

Quand tu te dis que c'était difficile de faire pire que Mosa, mais qu'on te ressort du placard Ruiz-Tagle. :smt100

Réunion des actionnaires de Blanco y Negro, manigances derrière les rideaux de Leonidas Vial, qui convainc un petit groupe d'actionnaires minoritaires de se présenter alors qu'ils s'abstenaient jusque-là, fout à leur tête ce bâtard de Ruiz-Tagle et réussit à lui faire prendre la tête du club. Mosa out, Guede va sans doute suivre, le club social devient partie négligeable et les hinchas n'ont plus que leurs yeux pour pleurer. Parce que Ruiz-Tagle, c'est l'ancien président de 2007 à 2010, le ministre de Piñera, les affaires dans tous les sens, le financement illégal de la Garra Blanca période Pancho malo, les arrangements avec les agents, la disparition de toute la thune qu'avait produit la vente de la génération 2006, les investissements nuls tant en transferts qu'en formation, les jeunes barrés par des Argentins de 3e catégorie. Avec en plus le soutien de Vial derrière, tout aussi néfaste.

On va terminer par regretter l'incompétent, gênant et médiocre Mosa, qui au moins était supporter. Parce que là, c'est la mafia époque Segovia-Jadue qui est de retour aux affaires (était-elle vraiment partie ? Quand on voit que ce salaud de Miguel Nasur à toujours des parts dans une douzaine de clubs, que le président d'un club peut prendre la tête d'un autre sans broncher et que des agents contrôlent des clubs...), et ils sont prêts à se remplir les fouilles.
A pleurer.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar sansai » 17 Avr 2018 21:33

:smt022
sansai
Sévit aussi sur le forum des Cahiers du foot
 
Message(s) : 43226
Inscription : 17 Mars 2008 21:53
Localisation : Pont-Réan

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 19 Avr 2018 20:26

La troisième tentative fut la bonne, Guede s'en va.

Difficile de tirer un bilan. D'un côté il part avec un championnat et une coupe, et je reste convaincu que c'est un entraîneur tout ce qu'il y a de capable, il sera d'ailleurs intéressant de voir ce qu'il fera dans l'avenir.

De l'autre, je dirais que l'image d'ensemble de son passage restera négative. Jamais il n'a pu reproduire le jeu de fou furieux qu'il avait montré avec Palestino et qui l'avait fait venir. Effectif trop vieux et pas capable de suivre le rythme ? Certes, mais cette saison il a eu les joueurs qu'il voulait et a cependant continué avec les Paredes, Valdés etc, et que "el Tanque, Pajarito y el Mago son espectaculares" et que je te les bichonne. Plus une gestion spéciale de certains cas, Véjar sortant sans raison de l'équipe quand il s'y était enfin installé, Bolados titulaire indiscutable lors des intersaisons et qui a disparu, Carvallo qui demande a rester et se voit préférer un gosse de 17 ans qui n'a clairement pas fini sa formation, Fierro qui a joué en tout cinq minutes dans l'année précédente mais toujours dans le groupe et sur le banc au détriment de joueurs plus jeunes...

Le plus étrange étant qu'il semble très apprécié dans le groupe, en témoigne la réaction de l'équipe dimanche dernier, qui va le fêter à chaque but et le retient sur le terrain pour célébrer. A moins que ce soit juste une indication de l'influence des vieux leaders.

Dans le jeu, il a commencé ultra-offensif et se faisant prendre à revers, a gagné un titre en se repliant et en sortant vite, et a complètement régressé cette année, hormis les deux matchs contre la Cato et la Chile. Ça au moins on ne pourra pas lui reprocher, il a su aborder les clasicos, neuf victoires et deux nuls contre les Universités, et c'est ce qui lui a permis de tenir presque deux ans. Mais ce que l'on demande à l'entraîneur de Colo Colo, c'est de réussir sur le plan international, et la, c'est le désastre. Une élimination au tour préliminaire contre Botafogo, avec certes pas mal de malchance, et surtout le bouillon contre Delfin et l'incapacité à produire quoi que ce soit contre AN.

Et ce qui restera avant tout, ça sera son duo avec Mosa, jamais on n'avait vu pareille complicité entre entraîneur et président, au point qu'ils aient été les décideurs exclusifs pour tout ce qui se faisait au club. Depuis quand l'entraîneur fait-il nommer ou virer les directeurs sportifs ? Depuis quand négocie-t-il directement les contrats des joueurs ? Ce n'est pas possible que le club le plus puissant du pays soit dirigé par deux types, à la merci de tout caprice ou impulsion.

Maintenant, intérim du Cucho Salvatierra, jusque-là assistant. A voir qui arrivera, La Volpe a déjà fait acte de candidature et on a parlé de Borghi, ami du nouveau mafieux en chef ("Certains de mes amis n'ont pas toujours bien agi", tu l'as dit mon gros Bichi), mais il n'a pas entraîné depuis quelques années et dit ne plus être très chaud pour ça, plutôt comme conseiller ou à la formation. On verra.
Le discours de Ruiz-Tagle hier était merveilleux, réunir les différentes factions, diminuer l'importance du président, donner un rôle plus important à la corporation, priorité à la formation. Le tout avec le sourire magnifiquement cynique du type qui a réussi à faire payer tout le pays son PQ plusieurs fois son prix réel durant des années (véridique, si quelqu'un souhaite vérifier, chercher la "Colusión del Confort").
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar sansai » 19 Avr 2018 21:32

zamorano a écrit:La Volpe a déjà fait acte de candidature

:gloups :smt007
sansai
Sévit aussi sur le forum des Cahiers du foot
 
Message(s) : 43226
Inscription : 17 Mars 2008 21:53
Localisation : Pont-Réan

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 20 Avr 2018 10:37

N'ayons pas de faux espoirs, Ruiz-Tagle l'a envoyé paître dans la foulée, aucun contact et un nom "même pas considéré".
L'étrange est qu'il a annoncé que Salvatierra sera là pour les prochains matchs, mais pas forcément l'intérimaire définitif, et qu'ils prendraient leur temps pour décider, en commençant par trouver un directeur sportif pour qu'il participe à la décision. Il a carrément parlé d'un intérim jusqu'à la fin de saison pour se donner tout le temps nécessaire pour trouver le nom idéal. D'une, qui serait le pigeon qui viendrait jusqu'en décembre avant de dégager (il n'a pas écarté un retour de Tito Tapia), de deux il faudrait que ça soit un sacré grand nom avec de sacrés moyens pour l'appuyer si le projet prend si longtemps. Et tu fais quoi si l'intérimaire (8 mois !) réussi merveilleusement, où si le grand nom se plante dès le départ ? Tout ceci ressemble pas mal à de l'enfumage.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 23 Avr 2018 11:18

Premier match pour le Colo dans l'ère Ruiz-Tagle 2. Peu de dire que le personnage ne convainc pas :

Image

Image


Sur le terrain, el Cucho n'a pas fait de grands changements dans les noms, si ce n'est par obligation, Baeza étant suspendu, Valdés et Rivero touchés, entraînant le retour d'Ivan Morales après quelques mois de blessure.

------------------------ Orión
Campos -- Zaldivia -- Insaurralde -- Opazo
-------------------- Carmona
-------- Pinares ------------- Suazo
--------------------- Valdivia
----------- Paredes ----- Morales

C'est surtout dans l'attitude et les idées qu'on a vu un changement, une équipe nettement plus conquérante, placée plus haut sur le terrain, avec Suazo et Pinares assez efficaces au pressing et rapides pour repartir à l'attaque. Pas mal d'imprécisions, mais je préfère de loin les demandes de une-deux de Suazito et la qualité de passe de Pinares aux longs ballons sans destination de Valdés. Par contre il va falloir qu'il ajuste la mire pour ses frappes. Morales pas mal comme point d'appui mais manquant de rythme. Carmona a depuis son arrivée tenu le rôle crucial de boucher les trous et libérer les autres, mais c'est un miracle qu'il n'ait pas été expulsé deux ou trois fois tant il commet de brutalités gratuites.
Une bonne mi-temps dans les intentions, couronnée par un but de Paredes, qui le fait entrer dans le club des buteurs à 200 pions en première division, avec Chamaco Valdés et Pedro Heidi González (ancien de la U, Cobreloa entre autres).
Pas mal de désorganisation après la pause, Temuco revient dans le match et fait reculer les lignes albas mais sans succès. Fin du match avec le gardien temuquense qui dévie dans ses buts un centre de Paredes.

Pas mal dans les idées, à voir dans la durée face à une équipe moins fatiguée, Temuco sortant d'une semaine épuisante avec un voyage de presque 2x24 heures au Venezuela, et avec un nouvel entraîneur (il y a déjà eu des réunions avec Jaime Vera, en attendant Tito Tapia et autres ces jours-ci). Un retour de Tapia me ferait peur à cause de son amitié avec les anciens, auxquels il faudrait justement manquer un peu de respect. Par exemple, la semaine prochaine Valdivia est suspendu, ce serait bien de donner une chance à Villanueva ou Carvallo plutôt que de ressortir un Valdés en bout de course.

Oh, et la U a fait tourner entre deux rencontres de Libertadores. Résultat, un 6-1 cinglant contre la Calera, seconde pire défaite de l'histoire du chuncho en championnat. De son coté, Católica continue tranquillou à enchainer les victoires, sans briller, sans faire de bruit, 1-0 contre Audax, six points devant la U deuxième.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 26 Avr 2018 17:00

Le retour d'Hector "Tito" Tapia donc. Trois ans après un départ houleux, une étape ratée à Everton. De son premier passage on retiendra de bons débuts, l'arrivée de plus ou moins vieux briscards qui faisaient briller l'équipe (Paredes, Bose, Barroso, Valdés), une remise d'ordre dans une maison qui souffrait d'instabilité chronique niveau entraîneurs et effectif. La fin fut moins douce, avec beaucoup d'arrivées d'autres vieux briscards qui étaient finalement loin de leur niveau (Maldonado, Figueroa, Chupete Suazo), mais qui étaient, pour les deux premiers, de vieux copains. C'est ce qu'il faudra éviter maintenant, moins de place pour l'affect.
Intéressante équipe avec laquelle il vient, que des anciens du club, on retrouve comme assistants Maldonado, frais diplômé au Brésil, Gualberto Jara, paraguayen qui fut déjà assistant au club et l'entraîna même quelques temps, plus le préparateur physique historique de Borghi, Hernan Torres.

A voir, ce n'est pas le nom le plus attrayant, mais pourquoi pas. Quand aux projets de trouver d'abord un directeur sportif et de choisir l'entraîneur avec lui, on oublie. Ce ne sera pas le premier mensonge.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 27 Avr 2018 8:38

La U qui en prend sept contre Cruzeiro et termine à neuf. :gloups
Treize buts en deux matchs,, quand on se rappelle la belle confiance avec laquelle ils arrivaient au clásico il y a deux semaines...
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 29 Avr 2018 11:51

Bon, débuts compliqués pour Tapia à la Granja de Curicó. En l'absence de Valdivia et Pinares, il avait fait le choix de titulariser Carvallo en 10, laissant Valdés et Paredes sur le banc en prévision du déplacement à Manta mercredi. Retour à la défense à trois avec Barroso en libéro.

----------------------- Orión
------ Zaldivia --- Barroso --- Insaurralde
Campos ---- Baeza -- Carmona ---- Suazo
-------------------- Carvallo
------------- Morales ---- Rivero

Première période assez catastrophique, avec un central de trop, un sous-nombre au milieu où Carvallo avait toujours deux types sur le dos et a perdu trop de ballons. Par contre, j'ai aimé ses intentions, voyant souvent les bonnes passes à faire mais ratant la réalisation en ne les appuyant pas suffisamment. Donc à la mi-temps le changement logique semblait être de sortir un central et de faire entrer un milieu (Valdés et Villanueva sur le banc) en soutien de Carvallo pour le libérer du marquage et reprendre le contrôle. Résultat, Tapia sort le petit meneur et fait entrer Paredes.
Ok.
Il a fallu presque vingt minutes pour que Valdés rentre afin de combler le trou énorme entre les récupérateurs et les trois attaquants. Sans succès d'ailleurs, Curicó se procurant et vendangeant un nombre incalculable d'occasions. 0-0 chanceux qui aurait pu tourner au 2 ou 3-0 si les attaquants Torteros n'avaient pas été si maladroits.

Le déplacement contre un Delfin qui a lui aussi changé d'entraîneur et enchaîne les victoires depuis s'annonce plus que périlleux.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 03 Mai 2018 14:24

Match vraiment bizarre à Manta cette nuit. Il fallait gagner pour garder un minimum d'espoir, que ce soit pour la deuxième ou la troisième place du groupe. Tapia a envoyé une équipe assez déséquilibrée sur le papier :

----------------------- Orión
------ Zaldivia --- Barroso --- Meza
Opazo ---- Baeza -- Carmona
-------- Pinares - Valdivia --- Valdés
--------------------- Paredes

Et pourtant la première période fut pas mal du tout, avec un Delfin acculé sur son but, quelques combinaisons intéressantes au milieu de terrain et un Valdivia qui a de très loin été le meilleur joueur du match. Valdés marque un premier but, Paredes touche le poteau avant de convertir un péno, ça vendange dan les grandes largeurs, les Equatoriens voient leur latéral gauche expulsé.

Après la pause, c'est la cata, on perd totalement le contrôle du ballon, tous à défendre dans la surface. Quand on récupère, personne n'attaque, on fait tourner derrière comme si l'on était dans les dernières minutes. Valdés et Paredes cramoisis, le premier finira pourtant le match bien que Tapia n'ait effectué que deux changements. Il faudra attendre la 84e pour que Paredes sorte, alors que Delfin avait réduit l'écart et poussait. Pire, Tito faisait sortir Pinares (pourquoi pas, il n'a pas trop brillé, mais Valdés n'avançait pas à côté) et fait entrer Fierro. 35 ans et qui, en comptant tout le dernier semestre de l'an passé, avait joué en tout 4 minutes. Et alors qu'il avait Campos sur le banc, juste un des meilleurs joueurs de l'équipe. Ca me semble un très mauvais message, tout comme la sortie du groupe de Carvallo et Morales, coupables d'avoir raté une mi-temps dans un match où toute l'équipe est passée à côté. J'ai peur que l'on revienne aux copinages avec les anciens coéquipiers de l'entraîneur, que Fierro soit le nouveau Maldonado.
Dur aussi de savoir si la bonne première mi-temps était l'oeuvre du bon travail de l'équipe ou d'un Delfin à côté de la plaque, surtout en la mettant en balance avec la seconde où ils auraient parfaitement pu remonter deux buts avec un joueur en moins.

Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 06 Mai 2018 20:03

Jeté un coup d’œil au Católica - Huachipato d'hier, c'était vraiment très intéressant.

Larcamón fait un sacré boulot avec les Acereros, avec un mélange de joueurs talentueux ayant raté le coche chez les grands (Valber Huerta, Seba Martínez, Cristian Gutiérrez), de produits du centre (Bizama, Jimmy Martinez etc) et de bons coups trouvés à l'étranger comme le Panaméen Torres, déjà 8 buts cette saison. Hier ils ont complètement mis sous l'éteignoir l'UC, les deux centraux Huerta et Bizama évoluant à hauteur de la ligne médiane, avec un gros pressing, récupération rapide, une belle circulation de balle, pas d'hésitation à soudainement accélérer et arriver très vite devant, une impression de revoir la Roja d'il y a quelques années.

Sauf que la Católica n'a pas besoin d'avoir le ballon. 36% de possession, mais à chaque contre qui passe, à chaque petite erreur de l'adversaire, ils font mal. 3 tirs cadrés, 3 buts. Et si l'on ajoute la malchance de Huachipato qui touche deux fois le poteau, ça fait un petit 3-1 presque tranquille. Beñat fait tourner son équipe tous les matchs, seuls Dituro dans les buts, Aued au milieu et Fuenzalida sont toujours présents. Ce n'est pas sexy, ils se font des frayeurs dans les matchs, gagnent le plus souvent par un but d'écart, mais ça paye, ils sont très loin devant les autres au classement et n'ont concédé qu'une défaite, contre Colo Colo dans un match où un peu plus d'ambition de leur part aurait pu changer beaucoup de choses.

Note pour la présence d'hier de César Munder dans les rangs de l'UC pour son deuxième match, jeune Cubain formé au club, arrivé à 12 ans au Chili, témoin de ce que l'on verra sans doute de plus en plus avec toute une génération d'enfants d'immigrés qui font chaque jour plus partie du pays. Citons Pedro Campos, lui aussi à l'UC, lui aussi fils de Cubains mais né au Chili, qui a même fait partie de la Rojita U17. :smt023
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 16 Mai 2018 10:10

Victoire 2-0 contre Bolivar qui permet de maintenir l'espoir d'une qualification en 8es. L'espoir existe sur le plan comptable, mais dans les faits il faudra au moins prendre un point à Medellín contre Atlético Nacional, et si l'on continue sur la même voie que les derniers matchs, c'est mal barré. Plusieurs forfaits hier, Pinares, Meza qui s'est refait les croisés qu'il venait de guérir, et Tapia alignait donc :

----------------------- Orión
Fierro --- Zaldivia --- Insaurralde --- Opazo
---------------- Baeza -- Carmona
---- Maturana --- Valdivia --- Valdés
--------------------- Paredes

Que dire du match ? Que Valdés a absolument tout raté mais n'est sorti que vers la 80e. Qu'il y a eu seulement trois véritables occasions et deux actions construites dans toute la rencontre. Que Fierro joue en marchant, ralenti le jeu et est monté une seule fois (le premier but), mais que la presse le trouve génial vu que c'est le pote de Tapia qui bossait comme commentateur jusqu'à il y a quelques semaines. Que l'équipe n'a rien produit de bon et n'a fait que profiter d'un Bolivar qui n'a rien fait du match. Que Paredes a eu deux occases, deux buts et devient le meilleur buteur chilien en Libertadores (sans avoir jamais passé les poules). Que Baeza est suspendu pour le prochain match et que comme souvent on arrive au dernier match avec une certaine espérance, toujours déçue.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 18 Mai 2018 9:46

(Baeza pas suspendu en fait, ouf).

Suite à l'annulation du mondial, la liste de Rueda pour trois amicaux contre la Roumanie, la Serbie et la Pologne. Pas de grands anciens, si ce n'est Medel qui a explicitement demandé à venir, une majorité de joueurs sous les 25 ans. L'habituelle armée mexicaine est là (les Castillo, Martín Rodríguez, Roco etc) avec quelques nouveaux dans ses rangs comme Victor Dávila, attaquant/milieu offensif de Necaxa qui marche bien en ce moment et Sebastian Vegas, central/latéral de Morelia, ex-Audax. Des morts-vivants aussi, Toselli et Ángelo Henríquez, tous deux en perdition avec l'Atlas.

Dans les buts, Collao et Gabriel Arias, chilo-argentin, "le portier du moment" pour citer Rueda, le premier étant celui de l'avenir.
Beaucoup de jeunes défenseurs centraux, les classiques Roco, Maripán et Lichnovsky, plus Kuscevic de l'UC, Vegas, Bizama de Huachipato (remplace son compère de club Huerta, forfait) et Sierralta qui n'a pourtant pas beaucoup joué à Parme. Tout ça indiquerait que Paulo Diaz est plutôt considéré comme latéral droit.

Au milieu, d'autres nouveaux, Ángelo Araos mérite amplement sa place, l'ancien d'Antofagasta ayant été le meilleur joueur de la U même dans les pires moments, très talentueux milieu offensif, peut-être celui dont on attend le plus dans la liste. Avec lui son coéquipier plus défensif Lolo Reyes, très régulier depuis son retour au pays. Aussi Jimmy Martínez de Huachipato, Pablo Galdames le relayeur d'Union.

Plus la surprise du chef, spécialement pour kev, Cristián Cuevas, fraichement relégué avec Twente.

Beaucoup à voir dans ces matchs, ça va être très intéressant.

Pour l'instant le travail de Rueda présente bien, ses micro-cycles ont fait tourné un grand nombre de joueurs du championnat (malgré les difficultés de Colo Colo et la U qui rechignent à lâcher leurs joueurs :roll: ), dont certains ont été de grosses surprises, comme Stefan Pino, attaquant de Melipilla en Primera B, pas loin du double mètre et du quintal. :gloups
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 24 Mai 2018 17:08

La U dernière de son groupe après une défaite à domicile contre Vasco da Gama. Perdre 0-1 les aurait envoyés en Sudamericana, mais Jara en a décidé autrement en se loupant totalement à la réception d'un dégagement du gardien brésilien, laissant l'attaquant partir seul et marquer le deuxième but.

Cette nuit, au tour du Colo de monter sur l'échafaud à Medellín. Après le désastre du week-end, où une équipe rajeunie menait 2-0 contre Union et s'est effondrée avec la sortie de Baeza remplacé par un Valdés en chaise roulante et avec de l'arthrose, terminant par perdre 2-3, blessure de Barroso, expulsion d'un Zaldivia toujours plus con (du coup le prochain match de championnat va être marrant, les quatre centraux de l'équipe sont blessés ou suspendus).

Du coup, on annonce en toute logique ce cher vieux Pajarito, à la rue depuis des mois, titulaire aujourd'hui, et Fierro avec. Si c'est vrai, malgré toute la sympathie que j'ai pour Tapia, je ne peux que souhaiter qu'il dégage au plus vite. Il a fait le coup il y a quelques années avec Maldonado, mais ce n'est pas possible de faire l'équipe du club le plus important du pays avec ses potes. Mais bon, il se dit que ce sont les joueurs qui ont demandé sa venue à la direction...

Voilà, en espérant un miracle, mais je ne vois pas du tout comment on peut espérer ne pas perdre lourdement contre Atlético Nacional.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar howie » 25 Mai 2018 7:52

Le miracle a eu lieu visiblement : AN - Colo Colo 0-0 et Bolivar qui tape les équatoriens de Delfin !

L'AN qui était ultra favori, s'est fait peur au final, mais termine tout de même premier, Colo Colo second.
howie
Vamos Cafeteros !
 
Message(s) : 406
Inscription : 23 Nov 2007 8:38
Localisation : entre nantes et lyon

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 25 Mai 2018 9:50

Ouaip, le miracle a eu lieu. :-)

J'avais oublié une donnée, c'est qu'un nul qualifiait les deux équipes selon le résultat de Bolivar et Delfín. Il a donc suffit de mettre le bus pendant 60 minutes, puis de constater que Bolivar ne menait que 2-1 et ne réussirait pas à gagner par quatre buts d'écart. A partir de là, tout est devenu très tranquille, sauf pendant le temps additionnel où AN a curieusement accéléré tandis que dix ans de traumatismes remontaient dans les têtes albas.

Il ne s'est pas passé grand chose non plus durant le reste du match, les Colombiens se sont heurtés à une muraille, toute la défense dans sa surface, Maturana presque comme latéral, Paredes seul devant pour réceptionner les chandelles. Faut dire que Valdés a été un véritable zombie, que Valdivia était blessé et est sorti avant la mi-temps, et que Fierro ne pouvait pas monter vu qu'il était incapable de revenir par la suite (un action effroyable où il monte, perd le ballon à hauteur de la surface adverse, plonge et reste pendant presque une minute par terre à geindre pendant que le jeu se poursuit, avant de revenir en trottinant).

----------------------- Orión
Fierro --- Zaldivia --- Insaurralde --- Opazo
---------------- Baeza -- Carmona
---- Maturana --- Valdivia --- Valdés
--------------------- Paredes

Du coup, je suis partagé entre la félicité d'avoir enfin vaincu une malédiction de dix longues années, et le peu de confiance qu'inspirent les méthodes de Tapia. Parce que si l'idée était de défendre tout le match, tu ne peux pas commencer le match avec deux retraités et un blessé.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 28 Mai 2018 13:24

La phase aller du championnat se termine donc ce soir, avec le match entre Colo Colo et La Calera. Il reprendra fin juillet, avec quelques matchs de Copa Chile entre-temps.

Qu'en dire? Le passage à un système annuel était censé apporter une certaine stabilité, de laisser plus de temps pour monter des projets sportifs. Sauf que sur les 16 équipes, 7 ont déjà changé d'entraîneur. Curieusement, on y trouve des entraîneurs qui avaient plutôt réussi leur saison précédente, Guede, Vitamina Sánchez d'Everton, Hugo Vilchez d'Audax (ces deux dernières équipes passant de jouer le haut du tableau à lutter pour le maintien).

Petite note pour Gaby Milito, qui fait certes une saison moyenne avec O'Higgins, mais ne pouvait certainement pas s'attendre à un véritable guet-apens sur l'autoroute, arrêté par une bande de tarés qui sont venu délicatement lui intimer l'ordre de se casser du club. Encore heureux qu'Abumohor fassent partie des quelques dirigeants plus ou moins compétents du pays et lui a apporté tout son soutien. Délicieux souvenirs d'une époque pas si lointaine où l'actuel président colocolino envoyait la Garra Blanca mettre la pression (doux euphémisme) aux entraîneurs et joueurs.

Revenant au plan sportif, ce championnat donne la prime au pragmatisme. En haut du classement, Católica (une seule défaite mais commence à baisser le pied, avec trois nuls dans les dernières journées), la U de Concepción et Unión La Calera. Soit un des grands, une équipe avec un effectif de relégable et un promu. Beñat à l'UC et Bozan à l'UdeC était à leurs débuts des entraîneurs très offensifs, prôneurs du beau jeu, du pressing haut, tout ce qui fait bien sur un CV. Sauf qu'aujourd'hui, ils se sont reconvertis. Bien défendre, équipes bien organisées, rapides pour sortir en contre. Bozan l'a dit, il adorerait attaquer dans tous les sens, mais après une descente il y a quelques années en tentant de le faire avec Barnechea, il s'est rendu compte qu'il ne pouvait le faire avec les moyens qu'il avait à sa disposition. Finie, l'idée d'imposer son jeu sur toutes les pelouses, on s'adapte à l'adversaire et s'il faut défendre bas, on le fait. Idem chez Victor Rivero de La Calera, qui a en plus pu profiter d'un Brian Fernández (Argentin, ex-Racing, longtemps suspendu pour avoir pris de la cocaïne, passé brièvement par Metz) qui est vite devenu l'attaquant à recruter pour les grands.

De l'autre côté, les apôtres du beau jeu. Miguel Rámirez à San Luis, qui a toujours insisté pour imposer son style ultra-offensif, vient d'être démis. Ses Canarios ont souvent été intéressant à voir ces dernières années, mais sont toujours restés plus que friables en défense. Le Huachipato de Larcamón et et le Curicó de Marcoleta sont souvent cités dans les premiers noms d'équipes qui jouent bien, mais n'arrivent pas à enchaîner les résultats.

Pour finir un mot de la Primera B, où Wanderers continue son calvaire, dernier du classement. Faudrait pas que le Decano enchaîne une seconde descente de suite...
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 29 Mai 2018 11:26

Et une défaite 0-2 pour finir le semestre en beauté. Sans central de métier, sans Paredes, sans Orión, c'est une compo expérimentale que lançait Tito :

-------------------- Cortés
Fierro --- Campos --- Baeza --- Opazo
------------- Valdés --- Suazo
-- Maturana --- Pinares --- Carvallo
-------------------- Rivero

Le plan de Calera était clair, attendre et ressortir vite. Ce qui a donné une première période largement dominée par les albos, mais sans grandes occasions, essentiellement parce que Rivero était dans une de ses (fréquentes) mauvaises journées, où il est incapable d'appuyer une frappe ou de cadrer une tête. Ajoutons que Fierro ne montait pas, ce qui est ennuyeux quand tes milieux offensifs tendent à se recentrer.

Juste après la pause, Opazo envoie une passe en retrait trop courte à Baeza, qui cafouille en diable face au pressing, et la perd. Cortés ne peut rien faire, but. Dans le moment de doute instauré par la suite, Calera se met à presser plus haut, plus fort et l'équipe se désordonne. Sur une remontée rapide, Brian Fernández mystifie Opazo et enroule du gauche pour son second but personnel. Le buteur termine le match en larmes, il part à Necaxa après six mois à La Calera où il aura connu une véritable renaissance footballistique. Je l'aurais bien vu repartir à Racing pour se mettre en valeur, mais bon. Il a tout le talent nécessaire pour faire reparler de lui.

Niveau joueurs, certains sont visiblement fatigués. Opazo a perdu sa fraîcheur, Pinares ne l'a jamais vraiment trouvée. Valdés devrait être honnête et laisser la place, ça devient dramatique de le voir faire des passes en touche. Pourtant Tapia le laisse les 90 minutes, alors qu'il a terminé en marchant, se débarrassant du ballon n'importe où pourvu que ce soit loin de lui. A la place, il fait sortir Carvallo qui était le plus frais du milieu et qui a fait un bon match, tentant d'apporter un peu de vitesse et n'hésitant pas à provoquer balle au pied. Maturana plein de bonne volonté mais beaucoup trop de mauvais choix.

La pause arrive à point nommé, il va falloir refaire une préparation physique tant celle héritée de Guede semble avoir été défaillante.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 31 Mai 2018 16:17

Première rencontre, contre la Roumanie. Vu que la seconde période, en première Rueda a commencé avec :

----------------------- Collao
Díaz --- Lichnovsky --- Maripán --- Vegas
---------------- Reyes --- Medel
- Sagal ------------ Valdés -------- Rodríguez
---------------------- Castillo

Soit une liigne de quatre avec deux centraux polyvalents reconvertis latéraux (ils le font aussi en club).
Castillo expulsé à la 30e pour un coup de coude alors que la Roumanie menait 1-0, égalisation de Maripán de la tête dans la foulée. Angelo Henríquez remplace Martin Rodríguez et Sagal passe plus à gauche.

Albornoz entre pour Vegas à la pause. Le premier quart-d'heure de la seconde mi-temps fut très bon, Reyes et Medel montent empêcher la relance et l'homme en moins ne se note pas. Sagal se bat pour récupérer, Lolo Reyes marque le 1-2 (Tatarusanu pas très vif sur le coup pour fermer son angle). Par la suite l'équipe baisse un peu le pied, surtout quand Medel sort pour Felipe Mora (un 9). Les Roumains égalisent à la suite d'une relance ratée de Collao, et passe devant sur la fin. Un but est annulé à Henriquez pour un hors-jeu douteux, les dernières offensives de Sagal ne donnent rien.

Quelques imprécisions logiques pour une équipe avec aussi peu de repères et réduites à dix, mais dans les intentions c'était plutôt pas mal.
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

Re: Le Chili futur champion du monde

Messagepar zamorano » 04 Juin 2018 17:59

Chili-Serbie à Graz :
------------------ Arias
Díaz --- Roco --- Maripán --- Albornoz
----------- Reyes --- Pulgar
Sagal --------- Valdés ------ Fernandes
-------------------- Mora

Stojko en face.

http://futbolchile.net/2018/06/04/mira- ... usia-2018/
Avatar de l’utilisateur
zamorano
Chante mon canari
 
Message(s) : 5637
Inscription : 27 Mai 2006 14:51
Localisation : six pieds sous terre

PrécédentSuivant

Retour vers Football

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)