Histoire du FCN: anecdotes, articles et autres...

Archives, souvenirs, ex-Canaris, ...

Modérateur: FootNantais modo

Re: Histoire du FCN: anecdotes, articles et autres...

Messagepar El Marlino » 05 Sep 2021 9:17

Reprise du dernier message :
Batmax ⭐⭐
@pascal1403
Image
Pérou, 1971, tournée de l'équipe de France. Dans une rue de Lima, Henri Michel improvise une partie de foot avec des enfants. Aujourd'hui, son agent organiserait un "clinic" de 20 mn pile avec service de sécurité, sono à fond, sponsor partout et séance selfies.
Avatar de l’utilisateur
El Marlino
Modorato Cantabile
 
Message(s) : 14774
Inscription : 29 Nov 2004 20:32
Localisation : entre Erdre et Loire

Re: Histoire du FCN: anecdotes, articles et autres...

Messagepar Mickey » 05 Sep 2021 11:10

Oui, j'adore cette photo avec ces enfants qui doit figurer dans la liste de celles publiées par le site officiel pour lui rendre hommage, peu après son décès en avril 2018.

Tenue officielle de l'Equipe de France semble t il et espadrilles...Une autre époque...

A noter que sa fille Caroline et son frère ont perdu leur mère en 2014 à 69 ans et leur père à 70 ans...
Mickey
Merci Henri ♥
 
Message(s) : 1959
Inscription : 21 Jan 2007 13:39

Re: Histoire du FCN: anecdotes, articles et autres...

Messagepar Tarif Maison » 15 Nov 2021 5:43

A l’occasion d’une page intitulée « Grand buteur en championnat, buteur unique en équipe de France », O-F revient sur la carrière en bleu d’Eric Pécout.

Éric Pécout, victime de la concurrence
Image
L’avant-centre nantais a été un des grands buteurs du championnat de France, mais il n’a marqué qu’une seule fois en équipe de France…

Le FC Nantes a eu la fibre argentine dans les années 70 pour le poste d’avant-centre. Angel Marcos, Hugo Curioni, Victor Trossero se sont relayés pour porter le n°9 des Canaris. Mais à partir de 1975, un jeune Français s’est glissé parmi eux, Éric Pécout. Le 19 avril, il a marqué, contre Troyes, son premier but en championnat. Mais Pécout est resté remplaçant la saison suivante, avant de s’intégrer pour de bon lors de la saison 1976-77. Entre-temps, il a fait partie de l’aventure olympique de Montréal, avec Platini et Battiston. Il forme alors avec Loïc Amisse et Bruno Baronchelli, le trio d’attaque des Nantais champions de France, avec 10 buts pour lui et 11 pour ses ailiers.
La saison suivante confirme son envol : Pécout marque 14 fois. Et 22 pour la saison 78-79, alors que Trossero avait été embauché à l’intersaison pour le remplacer… Pécout décroche donc logiquement une convocation en équipe de France, le 25 février 1979, contre le Luxembourg au Parc. Ce n’est pas la première fois que Michel Hidalgo fait appel à lui. En effet, le 25 août 1977, Pécout a été aligné lors d’un match non officiel contre Hambourg. Et il a marqué le premier but de la victoire française (4-2), sur une passe de Platini. Pécout a fait une excellente impression par sa finesse de jeu, mais il n’avait pas été rappelé ensuite, Berdoll et Lacombe conservant la préférence du sélectionneur pour la Coupe du monde 1978 en Argentine.
Sur le banc au coup d’envoi face au Luxembourg un an plus tard, Pécout connait donc sa première vraie sélection en entrant à la place de Marc Berdoll à la 66e minute. La France gagne (3-0), mais le Nantais n’a pas marqué, ni de but, ni les esprits. Du coup, il n’est pas rappelé, Hidalgo lui préférant toujours Berdoll, Lacombe ou Gemmrich…
Mais la donne change lors de l’été suivant. Pécout participe à nouveau un match d’entraînement, contre le Bayern au Parc. Les Bleus flamboient (4-1), Pécout ne marque pas mais dispute les 90 minutes. Et il est sélectionné pour les matches officiels qui suivent. Il reste sur la touche en Suède, puis contre les États-Unis. C’est encore le cas le 17 novembre lors de la venue de la Tchécoslovaquie au Parc pour le denier match de qualification à l’Euro 80. Mais cette fois Pécout entre en jeu après la pause, à la place de Lacombe. Et c’est lui qui ouvre le score, à la 67e, en reprenant un centre de son compère nantais Loïc Amisse. Puis à la 76e, il trouve un autre Canari bleu, Gilles Rampillon, pour le 2-0.
On pense que cette entrée marquante lui ouvre pour de bon les portes de l’équipe de France. De fait, Pécout est titulaire au match suivant, contre la Grèce, le 27 février 1980. Mais, après avoir obtenu un penalty en début de rencontre, il ne joue que la première mi-temps, devant laisser sa place au tout jeune sochalien Yannick Stopyra. Toutefois, il est de nouveau titulaire un mois plus tard contre les Pays-Bas et joue 90 minutes (0-0). Pécout est encore dans le groupe pour le dernier match de la saison, à Moscou, contre l’Urss, où il remplace Lacombe à la 62e. Mais ces trois matches sans but faussent son crédit, et il ne sera plus rappelé.
À partir de la saison 80-81, Lacombe et Rocheteau occuperont le poste de n°9 avec les Bleus. Pécout lui quittera Nantes, qui a fait venir Vahid Halilhodžić à l’été 81, pour Monaco, puis Metz, Strasbourg où il continuera à marquer régulièrement.
Tarif Maison
 
Message(s) : 3049
Inscription : 03 Juin 2015 21:26
Localisation : Rennes, à cause de mon boulot

Re: Histoire du FCN: anecdotes, articles et autres...

Messagepar ar poulgwenn » 30 Nov 2021 21:06

Merci Tarif Maison :smt023
Avatar de l’utilisateur
ar poulgwenn
Ooh Ahh Da Rocha
 
Message(s) : 1347
Inscription : 27 Nov 2005 14:48

Précédent

Retour vers Histoire du club

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité