Page 1 sur 19

Histoire du FCN: anecdotes, articles et autres...

MessagePublié: 19 Août 2007 9:09
par SoLaL
Je déposerai ici, les anecdotes, articles et autres, tournant autour de l'histoire du FCN, et susceptibles d'intéresser tout le monde, et plus particulièrement, ceux qui sont devenus aficionados sur le tard (aussi pour ceux qui ne savent plus trop pourquoi il supporte ce club).

MessagePublié: 19 Août 2007 9:12
par SoLaL
Je commence:

Pourquoi Coco?

Le surnom de J-C Suaudeau n'a rien à voir avec son prénom. Coco n'est pas un diminutif de Claude, mais le souvenir de son goût immodéré des oeufs, qu'il appelait des "cocos". Ses frêres se sont arrangés pour qu'on ne l'oublie pas.

MessagePublié: 19 Août 2007 9:19
par SoLaL
Grève sur le tas

Le 20 avril 1951, à Monaco, alors que les 2 équipes étaient à égalité 1 à 1, l'arbitre valida un but que les Nantais, alors réduit à 10 en raison de la blessure de Bauman, contestèrent et refusa à ces mêmes Nantais un but qui aurait pu compenser son erreur. L'équipe Nantaise fit alors grève sur le tas et Vreken, qui avait remplacé Amy dans les buts, s'assit en position de tailleur au pied d'un des poteaux de but. Il restait 8 minutes à jouer et le FCN perdit... 8 à 1.

MessagePublié: 19 Août 2007 9:34
par SoLaL
Une dernière pour la route, excellente...

Dawson "l'oiseau rare"

Cette histoire est une morale. Le FCNantes, devenu professionnel en cette saison 45-46, restait sur deux défaites sévères, dont un 6 à 1 à Mulhouse. Marcel Saupin souhaitait trouver un avant centre. Après un match à Nancy, Xavier Parlant, le vice président, cru dénicher "l'oiseau rare". Un grand gaillard blond. La nouvelle fut distillée avec méthode et concertation par la presse avant d'éclater, le 29 octobre. Un super coup. Franck Dawson était un avant centre d'élite de 20 ans. International militaire, né de père anglais et de mère française, fiancé à une jeune fille de la région de Nantes. Il était l'oiseau rare. Il fut choyé, adulé, jusqu'à son premier match d'essai le 1er novembre contre Tours. Impatiente de voir le phénoomène en action, la foule fut surprise ce jour là au stade de Malakoff de voir un joueur quelconque se plaindre en plus d'une sciatique et sortir à la mi-temps. Nantes gagna 5 à 1. Un journaliste de renom trouva quand même de la "classe" et pas mal d'avenir à Dawson. Seulement, lorque Franck Dawson réapparut, ce fut entre deux gendarmes du nord de la France, le 6 novembre. E.D., 17 ans, demeurant à Aulnoy, avait été arrété pour vagabondage et escroquerie. La presse nantaise rappela discrétement qu'il avait "réussi à capter la confiance des dirigeants d'un club de notre ville".

MessagePublié: 19 Août 2007 11:01
par Naoned Citizen
Image


C'est ça que tu as retrouvé, Solal?

MessagePublié: 19 Août 2007 11:43
par SoLaL
Naoned Citizen a écrit:http://i206.photobucket.com/albums/bb186/Naonedcitizen/IMG_0007.jpg


C'est ça que tu as retrouvé, Solal?


Celui la même :D , mon exemplaire est plus jauni quand même. T'as déjà fait les scans?

MessagePublié: 19 Août 2007 11:47
par Fonzie
J'en détiens un exemplaire aussi...

:-)

MessagePublié: 19 Août 2007 12:12
par Fonzie
John-John John a écrit:Ah oui Fonfon tu m'en avais scanné des bouts. Il y a plein d'erreurs dedans :? .


Il existait notamment des décalages entre les photos d'équipes saison par saison et celles qui étaient affichées sur FCN Histo.

On devait remédier à ça...et puis..pfuutt !
:(

MessagePublié: 19 Août 2007 12:38
par benur
Bonjour, je ne savais pas ou mettre ce post, alors je me permet de le mettre ici...
c'est un article issu d'un blog de la revue so foot ( http://www.sofoot.com/blogs/fcna/le-saviez-vous-saupin-sofoot-100826.html )


Marcel Saupin, fondateur du Football de Nantes en 1943, était un collaborateur.

Le nom du chef d’entreprise ligérien figure en effet sur la liste des adhérents, rédigée en 1942, du Groupe Collaboration.

Partageant les idéaux de l’Allemagne nazie, le groupe Collaboration prônait la rénovation française, la réconciliation franco-allemande et la solidarité européenne. Il était présidé par Alphonse de Chateaubriand, directeur de La Gerbe, publication antisémite.

Avant de détruire le stade Marcel Saupin, il aurait peut-être été préférable de le débaptiser avant...


Je suis très surpris de cette nouvelle, et soit ce nom est surtout associé a la grande époque de nantes (et non plus à la personne) mais profiter de sa restructuration pour le renommer, pourquoi pas...

MessagePublié: 19 Août 2007 13:49
par benur
Image

Non, ceci n’est pas un photomontage, Bob a vraiment joué, ou plutôt s’est entrainé quelques jours au FC.Nantes à la fin des années 70′ comme le prouve cette photographie prise en compagnie du capitaine emblématique de l’époque, Henri Michel.

source : http://arnotosi.wordpress.com/2007/05/25/bob-marley-au-fcnantes/

MessagePublié: 19 Août 2007 14:31
par Vive le fcn
C'est ça les supporters, il leur faut de temps en temps se ressourcer en se penchant sur le passé du FCN, un passé qui n'est pas toujours le leur d'ailleurs, pour se convaincre de l'orthodoxie de leurs sentiments et de leur action actuelle. Il ne faut pas croire que se faisant, cela les empêche de voir ce qui se passe avec clairvoyance du moins pour une majorité d'entre eux. Même si l'amour rend aveugle, dit-on? :-D

MessagePublié: 19 Août 2007 16:37
par Tobold
Le "on", c'est toi, ta grosse tête et tes chevilles démesurées. :-)
J'avais décidé de boycotter les topics du CdF, je sens que je vais devoir recommencer. :(
C'est con, dès fois tu dis des choses intéressantes.

MessagePublié: 19 Août 2007 17:34
par Naoned Citizen
SoLaL a écrit:
Naoned Citizen a écrit:http://i206.photobucket.com/albums/bb186/Naonedcitizen/IMG_0007.jpg


C'est ça que tu as retrouvé, Solal?


Celui la même :D , mon exemplaire est plus jauni quand même. T'as déjà fait les scans?

Non, pas fait de scans. :-)

MessagePublié: 20 Août 2007 17:05
par Le Po
auré a écrit:
John-John John a écrit:Trois beaux Gerlands.


En fait, JJJ, je crois que l'étude de l'Histoire est un vaste Gerland.

:-D

Continue, SoLaL!


J'aime beaucoup...

MessagePublié: 20 Août 2007 17:18
par RudeBwoy
Moi j'aime bien lire des trucs comme ça, Solal.
:-)

MessagePublié: 20 Août 2007 17:43
par Le Po
John-John John a écrit:En même temps si vous étiez moins ignorants vous auriez reconnu une réplique célèbre d'un film culte.


Je ne comprenais presque rien à ce que je lisais, ce qui en soi me remplissait de joie et de satisfaction.

MessagePublié: 20 Août 2007 19:58
par SoLaL
Anti-nazi et clandestin pendant trois ans

Et Raab descendit du grenier

Des épaules comme John Wayne, un visage de héro de western, une vie mouvementée et une carrière sportive étonnante. A 80 ans (en 1993), quand il regarde le film de sa vie, Antoine Raab ne s'ennuie jamais. Cela commence en 1932. Ce jour là, un geste a complètement changé la vie de cet Allemand (désormais naturalisé) né en 1913 à Franckfort. Ou plus exactement, le refus de faire ce geste. "Nous jouions en levé de rideau à Stuttgart avec l'équipe nationale juniors dont j'étais le capitaine. Il y avait 45000 spectateurs et je n'ai pas voulu faire le salut nazi".
Condamné à 15 ans de travaux forcé par le régime hitlérien, il va s'évader de la forteresse de Kassel et gagner Paris pour jouer au C.A.P. Au hasard d'un tournoi à St-Nazaire, Joseph Geoffroy le remarque et l'engage. Avec Prouff, Raab hisse la St-Pierre en DH. En 1939, le voici pro au Stade Rennais aux côtés de Player, Kaiser, Papinek. Puis la guerre le précipite de nouveau dans l'errance. Trois ans dans un grenier à Treillères...
A la libération, plus de muscles! Ils vont revenir vite grâce à des courses quotidiennes entre Basse-Indre et Nantes. Ses foulées vont le conduire au FC Nantes: "Je n'avais plus rien à me mettre; aussi ai-je volé des oeufs dans une ferme pour les échanger contre un survêtement".
Pro jusqu'en 1949, capitaine, joueur, entraîneur, directeur sportif à l'origine du recrutement de Gondet, Le Chenadec, Antoine parle de tout cela avec détachement, mais il vibre lorsqu'il évoque ses copains de l'après guerre: "Eugène Abautret, le taureau, Gergotich, super technicien aussi marrant que Bourvil et Drummer qui ressemblait à Darui".

Finaliste à Roland Garros

Reconversion formidable. Il monte un magasin de sport et visite les clubs de la Ligue où il fait des démonstrations (il jonglait des centaines de fois de la tête sans que le ballon ne tombe par terre) et des causeries techniques. Commerce oblige: Antoine Raab se met au tennis à 48 ans. Douze plus tard, le voici en finale des internationaux de France à Roland-Garros. Qu'il est loin ce grenier de la clandestinité...

MessagePublié: 20 Août 2007 21:07
par SoLaL
John-John John a écrit::-)

Et ce sacré vieux Raab est aussi celui qui croyait qu'abandonner le WM pour le 4-2-4 était une aberration, qui voulait la tête d'Arribas, en particulier quand ça allait mal au tout début de la saison 1962-1963, ce qui a provoqué la Première Fronde menée par Jeannot Guillot (la Deuxième Fronde étant bien sûr celle de décembre 2004).

Les joueurs gagnèrent, Raab fut désavoué par Clerfeuille et le FCN fut promu.

Personne n'est parfait, hein.

Quant à RG c'était sur un tournoi seniors ex-sportifs ou un truc du genre.

Je rappelle que Raab nous a quitté l'an dernier. Et que l'hommage du club fut vraiment minimal... :cry:

PS. Gergotich (Martial de son prénom), pas Gergovitch.



:smt058

C'est comme ça que je t'aime.

MessagePublié: 20 Août 2007 21:10
par SoLaL
:cry: La première fronde a finalement abouti...

MessagePublié: 20 Août 2007 21:34
par SoLaL
Arribas vu par Suaudeau

"C'était un vrai père, mais pas un père facile. Non c'était un père qui te filait la calotte et ne machait pas ses mots. Je me souviendrai toujours de ce jour où il m'avait dit que je n'étais plus que l'ombre de mon ombre, parce que je jouais mal. J'ai mis du temps à m'en remettre. C'était aussi un formateur extraordinaire qui m'a appris mon métier sur le tas. Pendant toutes ces années passées avec lui, jamais son langage n'a changé. Le jeu, toujours le jeu. C'était un formidable conteur. Alors tout se prolongeait après l'entraînement comme tout avait commencé avant sur un élément anodin du jeu. J'arrivais le matin les mains dans les poches, et il me disait: "Coco, tu prends le groupe, on se retrouve après". Je devais improviser. Cela l'intéressait beaucoup de développer ses propres bases. C'est étonnant comme il pouvait être en avance sur son temps. Car ses idées sur le mouvement et l'espace ont été finalement développées dans les années 75. A un moment où tous les formateurs se réunissaient en colloques à Monaco lors du tournoi international.

Lorsque j'en revenais je n'étais plus le même. Le football français a fait un bon après."

MessagePublié: 21 Août 2007 18:48
par Le Po
Je ne sais plus les termes exacts, mais il y a eu ce trophée du meilleur entraineur pour Suaudeau en 1995 :
"Durant ma carrière, j'ai eu la chance de rencontrer quelqu'un qui m'a compris comme joueur, mais aussi comme homme. Je dédie ce trophée à José Arribas."

MessagePublié: 21 Août 2007 19:42
par Dean Moriarty
SoLaL a écrit:
C'est comme ça que je t'aime.


la chemise ouverte?
Image

MessagePublié: 21 Août 2007 20:10
par SoLaL
Suaudeau vu par Arribas

José Arribas qui n'avait jamais tendance à exagérer, avait dit en 1965 à propos de Jean-Claude Suaudeau: "Joueur de poche, il est l'un des footballeurs les plus complets que je connaisse. Il a tout pour lui: technique, clairvoyance, mobilité, résistance, vivacité, adresse, sens du jeu, aisance... et surtout une souplesse qui tient de l'élasticité. J'avais révé, il y a 3 ans, d'en faire un nouveau Pantoni, auquel il s'apparente par son style facile et son tir meurtrier du pied gauche." En fait, J-C Suaudeau surtout droitier, jouait des deux pieds et partageait autant le sens du jeu que celui du but. A l'Avenir de Pouzauges, il avait inscrit 55 buts en une saison.

MessagePublié: 21 Août 2007 21:06
par El Marlino

MessagePublié: 03 Sep 2007 21:20
par darth Vahid
Quelle érudition messieurs :wink:

quelqu'un se rappelle-t-il dans le détails de la fameuse histoire de Jean Vincent et du sable magique :-D je ne me souviens plus des dates exactes...